Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

De l'autre côté de la Mer du Nord...

Pitlochry
Pitlochry

Pitlochry. Entre les Highlands et New Largo, nous avons fait une halte à Pitlochry, une ville que m’avait conseillée mon ex-collègue Julien. Il avait raison : c’est une cité touristique qui ne manque pas de charme avec ses magasins soignés, où le tweed est roi, et son escalier à saumons. Nous avons bien croisé un pêcheur, l’eau de la rivière jusqu’aux genoux, mais nous n’avons pas vu l’ombre d’un poisson, le compteur dont est doté le barrage étant bloqué à 4.450 spécimens pour cette saison. Nous avons bien vu par contre et surtout bien entendu le joueur de cornemuse qui occupe la rue principale. Il avait le visage rouge cramoisi. Il se confondait presque avec son tartan. On ne sait si c’était l’effet du soleil, du souffle dans l’instrument ou du whisky, mais il était bien sympathique : il a eu le temps, entre deux mesures, de nous adresser un clin d’œil lorsque nous lui avons laissé une petite pièce.

La ville universitaire de Saint-Andrews
La ville universitaire de Saint-Andrews

Saint Andrews. Nous n’avons pas encore pris le temps de visiter notre lieu de villégiature et, plus particulièrement, ses deux pubs. Mais nous avons poussé une pointe à 20 km de Lower Largo, à Saint Andrews, une cité médiévale qui vaut véritablement le détour. Nous avons tout d’abord foulé le gazon du golf Old Course qui le dimanche après-midi est ouvert au public. J’ai cru que Mila allait devenir folle sur le green, un véritable champ de course pour les chiens. Le golf est une institution en Écosse. Mon GPS a repéré pas moins de 200 terrains autour de l’endroit où nous logeons.

Le golf Old Course
Le golf Old Course

Au 14ème siècle, sa pratique fut même interdite à Saint-Andrews car ce sport détournait les jeunes du tir à l’arc, activité jugée plus utile à l'époque pour défendre le bourg. La cité côtière vaut surtout par son université cinq fois centenaire, une des plus réputées dans le monde anglo-saxon, qui attire beaucoup d’Américains. Sous forme d’affiches, schémas à l’appui, sont développées sur les murs de l’institution les thèses défendues par les étudiants. La visite a rappelé à Valentine que la rentrée à l’Université de Louvain est proche…

La plage des Chariots de feu
La plage des Chariots de feu

La plage est grandiose. C’est là que fut tournée la fameuse scène de course à pied du film « les Chariots de feu ».

Nous aurions bien voulu déguster les crèmes glacées de la maison Janettas à la South Street, les meilleures de la région selon notre nouvelle propriétaire qui les a répertoriées parmi les dix incontournables à découvrir absolument au cours de notre séjour. Mais il y avait une file interminable, la preuve sans doute de ce qu’elle avançait.

L'université de Saint-Andrews

L'université de Saint-Andrews

Falkland
Falkland

Falkland. Parmi les dix incontournables que notre propriétaire a notés dans un carnet à notre intention, il y a la cité historique de Falkland, où trône un palais royal style renaissance qui est toujours la propriété de la famille royale britannique. Le village est en effet très cosy. Il abrite aussi le plus vieux court de tennis du royaume : le Royal Tennis Court qui date de 1539. Je n’ai pas été surpris d’apprendre que l’endroit sert de lieu de tournage à une série télévisée populaire en Grande-Bretagne « Outlander ». Je vais finir par croire que l’Écosse n’est en fait qu’un immense décor de cinéma.

So british...
So british...

Un petit magasin m’a séduit en raison de la robe à fleurs so british qui garnissait la vitrine. Son nom est à lui seul une délicatesse toute britannique : « chez Daisy ». Autre tonalité : c’est aussi à Falkland que j’ai vu l’avis de recherche (« Wanted ») pour retrouver le maître du chien indélicat…

Crail
Crail

Crail. Depuis notre arrivée en Écosse, je suis obsédé par les petits ports. La réminiscence sans doute de « Tintin et l’île noire ». J’avais repéré Crail sur un prospectus et je n’ai pas été déçu. Avec son anse, le port se prête admirablement aux photos depuis les chemins du village qui le surplombe. Un peintre y trouverait son bonheur.

Tea-time...
Tea-time...

Nous avons apprécié le goûter au tea-room du coin, « Crail Harbour Gallery », qui sert également de magasins de souvenirs. Nous vous conseillons la tarte aux pommes, un véritable délice, qui se déguste avec une vue imprenable sur la mer.

Le goûter face à la mer à Crail.

Le goûter face à la mer à Crail.

Nous avons repris la route vers Lower Largo avec l’intention de terminer la soirée dans un pub, mais nous y avons renoncé, fatigués par ces deux premières belles journées de l’autre côté de la mer du Nord.

De l'autre côté de la Mer du Nord...
De l'autre côté de la Mer du Nord...
De l'autre côté de la Mer du Nord...
De l'autre côté de la Mer du Nord...
De l'autre côté de la Mer du Nord...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article