Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent à Toronto

563 mètres

563 mètres

La CN Tower au loin
La CN Tower au loin

Day 8. "Mais il n'y a rien à voir à Toronto!" nous avait dit un proche, incrédule, lorsque nous lui avions annoncé notre intention de nous arrêter dans la ville la plus peuplée du Canada, dont les gratte-ciel semblent narguer les États-Unis situés de l'autre côté du lac Ontario. Il avait tort ou alors la mégalopole a bien changé depuis son dernier passage, car Toronto nous a semblé bouillonner de vie. On regrette de n'y rester qu'une seule journée. La ville est en pleine expansion. De nouveaux immeubles surgissent de terre, des routes sont réaménagées mais sans que cela nuise à l'impression de propreté que dégage la ville. "Toronto, c'est New-York géré par des Suisses", a lu ma fille dans un livre. C'est une bonne image.

L'Art Gallery
L'Art Gallery

Un peu pressé par le temps, nous avons concentré notre visite sur deux attractions après avoir affronté les bouchons à l'entrée du centre-ville. Il vaut mieux emprunter le bus et le métro, nous avait conseillé le réceptionniste de l'hôtel. Nous aurions dû l'écouter, même si les Canadiens sont nettement plus disciplinés que les Européens dans les trafic-jam. Premier monument que je tenais à voir: Art Gallery of Ontario dont on m'avait vanté l'architecture avant-gardiste. Le musée est non seulement très aérien de par sa forme mais il contient des œuvres intéressantes. Une salle n'a pas manqué d'interpeller Valentine sur la nature de l'Art. Un Picasso, un Magritte et un James Ensor côtoyaient en effet un tableau dont sortait un lavabo sur le fond d'une tache noire. De l'art ? De la provocation? Du snobisme? De l'escroquerie intellectuelle? Il m'était bien difficile de répondre aux questions de ma fille en dépit d'un cours sur l'esthétisme de l'art que m'a dispensé un excellent professeur de Saint-Charles (Péruwelz), Ignace Mariage, lorsque j'avais son âge. Mais cela nous a fait un beau sujet de conversation en tout cas.

Le soleil se couche sur Toronto
Le soleil se couche sur Toronto

Nous avons ensuite pris de la hauteur au sens propre du terme. L'attraction phare de Toronto est la CN tower, la tour la plus haute du monde avec ses 563 m. La vue est incroyable tout comme le prix pour y accéder d'ailleurs (32$ par personne). Nous avons eu la chance de profiter d'un coucher de soleil qui a enveloppé la ville, puis le lac. Le plus amusant: marcher sur la partie vitrée qui est un défi au vertige. C'était aussi très drôle de découvrir le stade de base-ball vu du ciel : le centre sportif Roger qui est le voisin le plus proche de la tour et où se jouait un match. Il faut 58 secondes à l'ascenseur pour gagner la partie publique de la tour érigée en 1976.

 L'avenir appartient à ceux qui se lèvent à Toronto

Pour nous remettre de ces belles émotions, nous avons mangé un hot dog sur le pouce, le "street meat", la grande spécialité culinaire locale qu'on trouve à tous les coins de rue, 24h sur 24. On vous invite à assaisonner vous-même la viande. Notre balade nous a ensuite menés au port, mais la soirée était trop avancée pour profiter de la vue sur le lac. Un cinéma en plein air n'a pas manqué de nous amuser. Maxime a plus particulièrement apprécié le musée du train en plein air, où un adepte du roller essayait de se jouer des rails et des pavés. La ville regorge de potentialités. Cela se sent et cela se vit.

Bienvenu au Canada
Bienvenu au Canada

Nous aurions voulu profiter davantage de Toronto, mais le matin, nous nous sommes attardés à Niagara-on-the-lake, un charmant petit village entouré de vignobles, qui nous a fait oublier le côté artificiel du quartier qui entoure les chutes de Niagara. Les maisons semblaient sortir tout droit d'une panoplie de poupées ou d'un film. On s'attendait même à voir surgir Gaby, Suzanne ou Brie des "Desesperate housewives" en parcourant les allées.

Cela ne fait que deux jours que nous sommes au Canada, mais les Canadiens me plaisent déjà beaucoup. Ils sont extrêmement prévenants et n'hésitent pas à vous adresser quelques mots de français lorsque votre accent trahit votre origine. Ils sont un peu aux Américains ce que les Belges sont aux Français, m'a un jour dit un ami voyageur.

Niagara-on-the-lake et Toronto vue du hautNiagara-on-the-lake et Toronto vue du haut
Niagara-on-the-lake et Toronto vue du hautNiagara-on-the-lake et Toronto vue du haut

Niagara-on-the-lake et Toronto vue du haut

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article