Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Bâtir un château en Espagne

Vacances 2016. Direction : l'Espagne. J'avoue avoir eu des préjugés à propos de l'Espagne. Des plages bondées, des discothèques bruyantes, des immeubles impersonnels. Bref, la côte belge, mais avec le soleil en abondance. Des clichés. Et des préjugés, je le répète, car à ce jour, je n'ai été que deux fois en pays ibérique. La première à Madrid, trois jours, mais la capitale m'avait un peu déçu, excepté pour l'ambiance le soir venu. La deuxième à Barcelone, mais je ne suis resté que trois à quatre heures, juste avant de prendre un bateau pour une croisière sur la Méditerranée. Pas assez de temps pour apprécier les beautés de la capitale catalane, mais le peu que j'y ai passé m'a donné envie de revenir.

L'Espagne pour deux semaines cette fois. Davantage de temps pour découvrir et apprécier. La première dans les Pyrénées, à 50 km environ de la frontière française. La seconde, à une centaine de kilomètres de Barcelone, près de la Costa Brava. Tout d'abord traverser la France en voiture. Pas de gros soucis de circulation, excepté lors de la traversée de Paris, où le GPS nous a joué quelques tours en recalculant plusieurs fois l'itinéraire en raison des bouchons. On a bien vu Montreuil. Toujours avoir une bonne carte routière à portée de main. Cela permet d'avoir une vue globale de la situation.

Traverser la France le lendemain d'une victoire des Bleus en demi-finale de l'Euro contre l'Allemagne relève de l'exploit lorsque vous aimez écouter la radio en roulant paisiblement. Ah, le chauvinisme de nos voisins et cousins français. Je pensais qu'il avait un peu baissé d'intensité depuis la victoire des Bleus à la coupe du Monde 1998, mais il a repris de plus belle avec l'accession à la finale de cet Euro 2016, également organisé dans l'Hexagone. Mais les Belges n'ont rien à envier aux Français quand les Diables rouges forcent quelques exploits (rares lors de cette compétition). Les commentaires radiophoniques m'ont un peu agacé, mais le comportement des supporters m'a réconcilié avec les Bleus. Juste après être entrés dans le département des Hautes Pyrénées, nous avons été arrêtés par trois jeunes qui distribuaient des drapeaux tricolores et vendaient du nougat au profit des jeunes d'un club de foot régional. Le nougat était cher - 8 euros, la barre -, mais l'échange fut sympathique. Diantre, ils regrettaient une finale France - Belgique.

En haut du col Aspin.

En haut du col Aspin.

Casa Mur de Alujan.
Casa Mur de Alujan.

Il y a l'Euro, mais aussi le Tour de France. On l'avait presque oublié avec le foot. Il s'est rappelé à nous juste avant la frontière espagnole. Nous avons été bloqués quatre heures près de Saint - Lary - Soulan pour laisser passer les coureurs. Nous avons bien tenté un détour par le col d'Aspin, que j'ai un jour grimpé à vélo (si, si), mais la caravane du Tour nous a rattrapés. On a quand même eu le temps de voir passer la lanterne rouge de l'étape du jour. Quelle machine, le Tour de France. Impressionnant, excepté qu'il faut se méfier des suiveurs en voiture qui roulent comme des dingues, même en montagne, pour assurer la jonction entre deux étapes.

Mila, évidemment de l'aventure espagnole, le long de la rivière Cinca.

Mila, évidemment de l'aventure espagnole, le long de la rivière Cinca.

L'Espagne nous a tendu les bras au bout du tunnel Aragnouet - Bielsa (3 km). Le soleil était pleinement au rendez-vous. 32 degrés. Les Pyrénées me paraissent plus arides côté espagnol, mais ce ne sont que des premières impressions. Le chemin s'est poursuivi le long de la rivière Cinca pour gagner notre lieu de villégiature. Casa Mur de Alujan. Un hameau de Tierrantona, au coeur de la communauté de communes de Sobrarbe, dans le département de Huesca. Bienvenue en Aragon, dit le dépliant touristique. Je constate qu'il y autant d'institutions régionales et sous-régionales qu'en Belgique.

Notre hébergement, que dis-je, notre château.
Notre hébergement, que dis-je, notre château.

L'expression "bâtir un château en Espagne" se prête bien à notre première semaine de vacances. Certes nous ne le bâtissons pas, mais nous y logeons. Casa Mur de Alujan est en effet un château du XVème siècle dont une partie a été transformée en gîte rural. Les descendants de la famille qui l'a construite y vivent toujours. Raphaël - ou Rafael? - est notre hôte du jour. Il a promis une visite guidée de la demeure qui offre une belle vue sur la chaîne pyrénéenne. Marie-Christine a trouvé cet endroit original, quoi qu'un peu isolé, après plusieurs heures de surf intensif sur le web. Il correspond à la description.

La fatigue nous a rapidement gagnés, malgré une étape nocturne à Montauban. 1.222 km au compteur, quand même. Nous avons malgré tout poussé une pointe jusqu'au village de Tierrantona qui était en fête. La cerveza coulait à flots. Les Espagnols ont le sens de la fête, semble-t-il. Et rien à voir avec le foot : la Roja a été éliminée en huitième. Nous ne goûterons pas au chauvinisme espagnol. Caramba!

Le château du XVème est aussi en partie une ancienne ferme viticole.
Le château du XVème est aussi en partie une ancienne ferme viticole.

Le château du XVème est aussi en partie une ancienne ferme viticole.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article