Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Haut-Cinca, Vio et Ara : trio de vallées à dévaler

Le circuit des chapelles à Tella.
Le circuit des chapelles à Tella.

Difficile de choisir entre les sept vallées que compte le Sobrarbe pour filer en excursion en haute montagne. Mais nous avons fait confiance aux conseils de Rafael. Notre hôte a dessiné sur notre carte trois boucles autour des vallées du Haut-Cinca, de Vio et de l'Ara. Les noms me plaisaient en raison de leur consonance péruvienne.

Un chapelet de chapelles.
Un chapelet de chapelles.

Va tout d'abord pour le Haut-Cinca. Tella, plus précisément, une bourgade située à 1.400 m d'altitude. La température a diminué au fil de la montée en voiture. De dix degrés entre la plaine et la montagne. Les 22 degrés n'étaient pas pour nous déplaire vu la chaleur des derniers jours, mais on a regretté ne pas avoir emporté une petite laine au moment de commencer notre randonnée. Simple et courte, notre balade intitulée le circuit des chapelles (je sais enfin ce que veut dire ermita en espagnol qu'on voit partout le long des routes). 4 km à peine, mais quelle vue sublime sur les monts environnants et les vallées. Le sentier alternait forêt de conifères et corniches rocailleuses, mais sans danger pour le randonneur. La chapelle la plus élevée n'était pas sans rappeler celle que j'ai vue dans le film "Mama Mia", où Meryl Streep se rabiboche avec Pierce Brosnan sur une chanson d'Abba. Elle n'est pas blanche comme dans la fiction qui se déroule sur une île grecque, mais le chemin qui y mène est aussi escarpé et tortueux.

Sur la route des "Ermita".
Sur la route des "Ermita".

Au cours de la balade, j'ai cru que mon appareil photo avait rendu l'âme. Plus de mise au point automatique. Est-ce un coup des sorcières qui autrefois sévissaient dans la région? Tella possède en effet un musée de la sorcellerie (mais fermé lors de notre passage). Je rageais déjà en pensant que j'allais vivre la même mésaventure que lors de notre périple aux Etats-Unis. Mon appareil avait lâché à la descente de l'avion à Washington: je n'avais pu tirer qu'un seule photo, mais heureusement, Valentine m'avait prêté le sien pour la suite du voyage. Ce n'était pas si grave cette fois-ci. Merci Maxime pour avoir pu résoudre le problème qui était une simple question de réglages de paramètres... Ah la technologie et moi. Seule la photo du dolmen de Tella est un peu ratée, mais il sera possible de la rattraper sur le pc. Nous aurions voulu visiter la caverne de l'ours, mais nous n'avons pas très bien compris les explications sur les horaires de visite. Il est temps de réviser notre espagnol...

Mila a apprécié le circuit des chapelles.
Mila a apprécié le circuit des chapelles.
Mila a apprécié le circuit des chapelles.

Mila a apprécié le circuit des chapelles.

Le rio Bellos.
Le rio Bellos.

Deuxième vallée dévalée :Vio. Et deuxième petit pépin technologique: le GPS nous a fait emprunter une autre route que celle que j'avais repérée sur la carte. Mais je ne rageais pas : nous avons emprunté un chemin sublime au cœur des gorges du rio Bellos: la HU-631. Il faut craindre ni le vertige, ni les chutes de pierre. Le murmure du torrent dissipe vite les inquiétudes. Nous avons grimpé jusqu'à Fanlo, qui comporte des maisons typiquement pyrénéennes ainsi qu'une église gothique originale, la plupart des édifices religieux de la région étant romans. Nous avons parcouru à pied les rues du village qui était relativement désert. On trouve énormément de demeures abandonnées. Le fruit de l'exode rural. Et les conséquences d'un projet de barrage qui a fait fuir les habitants de la vallée mais qui n'a jamais été construit...

Le retour vers la vallée où nous logeons, la Fueva, s'est fait sous le soleil couchant qui a donné de belles couleurs dorées aux Pyrénées centrales. La troisième vallée attendra le lendemain.

Une cheminée typiquement pyrénéenne.
Une cheminée typiquement pyrénéenne.

Une cheminée typiquement pyrénéenne.

Fanlo.
Fanlo.

Fanlo.

La cascade de Sorrosal.
La cascade de Sorrosal.

Vallée de l'Ara. Nous l'avons traversée sur l'heure du midi. Nous avons fait une pause dans un restaurant de Fiscal avec l'espoir de manger enfin une paella. Mais il fallait réserver. Nous nous sommes contentés du menu du jour qui est revenu, hors d'oeuvre, plat principal, dessert et boissons comprises à 16 euros par personne. Très raisonnable dans une zone pourtant touristique. Le meilleur des desserts était la découverte de la cascade de Sorrosal, près du village de Broto. Le scintillement de l'eau dans le soleil est un bonheur pour les yeux. Ce n'était qu'un prélude, car la randonnée que nous avons ensuite faite depuis le pont roman de San Nicolas de Bujaruelo était plus magique encore. Certes ce n'était que 5 km, mais la rivière vous transporte véritablement. Seule mésaventure plus cocasse que malheureuse: Mila a bien failli être emportée par le courant en allant chercher un bâton dans l'eau. Maxime a sacrifié ses chaussures de marche pour la sauver de son mauvais pas. J'avoue n'avoir rien vu, car j'étais occupé à photographier le pittoresque pont roman sous les angles. J'espère que ce n'est pas un mauvais présage pour la descente en rafting que nous comptons effectuer fin de cette semaine riche en découvertes...

Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.
Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.

Autour du pont San Nicolas de Bajaruelo.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article