Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Lac de Garde : comme si on prenait le grand large...

Le lac de garde, vu du côté sud.

Le lac de garde, vu du côté sud.

Nous avons quitté l'Autriche sous... un orage, le septième depuis le début de nos vacances. Heureusement la pluie n'a jamais perturbé nos balades, excepté notre escapade en Bavière. Elle survenait en fin d'après-midi ou le soir. Tout autre climat en Italie : la température a augmenté de six degrés juste après avoir franchi le col de Brenner qui sépare l'Autriche du pays de Dante. Direction : le lac de Garde. Nous avons auparavant passé la nuit dans un hôtel deux étoiles à Villa Lagarina. Nous aurions pu faire le trajet d'une seule traite - 500 km à peine séparent Salzbourg du lac de Garde - mais curieusement, notre location hebdomadaire en Autriche s'étendait du vendredi au vendredi et non du samedi au samedi comme cela se fait partout ailleurs.

L'auberge Al Ponte.

Notre passage à l'auberge Al Ponte entre l'autoroute A22 et le fleuve Adige était une belle expérience. L'hôtel ne paie pas de mine extérieurement, mais il affiche un petit charme désuet dès qu'on franchit la porte. La salle de bains de notre chambre était cependant d'un rose dont même un flamant ne voudrait pas. C'est le genre d'endroit que l'on retrouve dans les films des années soixante ou septante où l'intrigue se déroule le long d'une route fréquentée. Valentine a plutôt pensé à la chanson des Eagles, "hôtel California", l'hôtel dont on ne ressort jamais. Les patrons - quatre générations, précise le site internet de l'hôtel - étaient très sympathiques et ont fait des efforts pour nous parler en français. On se fait une meilleure idée des gens du cru dans les deux étoiles que dans les quatre à cinq au personnel formaté. Bref, si vous cherchez un hôtel relativement bon marché dans la province de Trente, Al Ponte conviendra à merveille.

Le lac de Garde au soleil couchant.

Nous avons découvert le lac de Garde en arrivant par le nord via Riva del Garda. La vue était époustouflante. C'est comme si on découvrait la mer au détour d'une route de montagne. Seule la Corse m'avait donné la même sensation. Le lac de Garde est le plus grand d'Italie : 370 km². On n'en voyait pas le bout depuis notre premier panorama, comme si il prenait le grand large. Il a inspiré les plus grands poètes depuis l'antiquité, selon le petit guide pratique que Marie-Christine s'est procuré chez un bouquiniste avant notre départ en vacances : Catulle, Virgile et Pline. J'ai eu l'impression d'entrer dans un album d'Alix, la bande dessinée créée par Jacques Martin qui fait vivre son personnage à l'époque de Jules César. A chacun ses classiques. Les files de voiture le long de la rive occidentale m'ont fait revenir à la dure réalité de notre époque. Il faut faire attention en se croisant car les routes sont franchement étroites. Que dire alors des rues de Puegnago, où nous avons établi nos quartiers pour une semaine. Si la voiture était plus large de 10 cm, jamais nous n'aurions pu parvenir aux portes de notre logement, une maison agréable et ombragée. C'est le charme des petites villes d'Italie. Des cyprès, des vignes et des oliviers entourent notre village. Je sens que nous allons nous plaire. Maxime et Valentine sont contents de retrouver la chaleur et la convivialité de l'Italie après l'Autriche, un pays qu'ils ont malgré tout apprécié en dépit des a prioris qu'ils avaient à propos de la patrie de W.A. Mozart et de Stefan Zweig.  

 

La forteresse médiévale de Sirmione.
La forteresse médiévale de Sirmione.
La forteresse médiévale de Sirmione.

La forteresse médiévale de Sirmione.

Sirmione.

Première excursion italienne à Sirmione. Une presqu'île de 3,5 km au sud du Lac. Elle est située à une vingtaine de kilomètres de notre logement. Tout d'abord trouver une place de parking. Pas simple, surtout un dimanche lorsque les Italiens sont aussi de sortie. J'avais oublié combien la voiture était reine en Italie. Il a fallu tourner une bonne demi-heure avant de trouver une place à deux bons kilomètres au moins du centre de Sirmione. Un parking public et payant : 4,7 euros pour deux heures et demi. Je comprends mieux pourquoi le guide conseille le vélo ou le bateau pour se déplacer autour du lac de Garde. Sirmione vaut bien quelques files de voitures. A l'unique entrée de la cité, une imposante forteresse médiévale bâtie par les seigneurs de Vérone rappelle combien la presqu'île fut une place importante. Sirmione est aussi une station thermale réputée pour ses sources d'eau chaude (69 degrés) bénéfiques pour les personnes qui souffrent de maladies respiratoires. 

Dans le centre de Sirmione.

Il ne faut pas craindre le tourisme de masse pour visiter Sirmione en juillet, car il y a tellement de monde qu'on se marche un peu sur les pieds. On a évité le centre dans un premier temps pour emprunter un sentier côtier qui fait quasiment le tour de la presqu'île. La vue est superbe sur le lac de Garde. Le soleil était généreux. Valentine en a profité pour se baigner près d'un groupe de jeunes Italiens qui riaient généreusement entre eux. L'Italie dans toute sa splendeur. Nous sommes revenus par la ruelle centrale où des feux rythment le passage des voitures qui ne peuvent pas se croiser vu l'étroitesse des lieux. Nous sommes passés devant la résidence que la diva Maria Callas fréquenta dans les années 50. Au bout de la langue de terre, il y a les ruines d'une imposante villa romaine. Quelques oliviers ont pris possession du domaine. Une statue du poète Catulle rappelle que le lac de Garde est célébré depuis l'antiquité. Le lac portait alors le nom de benacus.

Une visite à Sirmione s'impose, mais l'ancienne cité romaine doit être plus agréable à visiter en été ou au printemps lorsque les touristes sont moins nombreux.

 

 

 

A pied autour de la presqu'île de Sermione.
A pied autour de la presqu'île de Sermione.
A pied autour de la presqu'île de Sermione.
A pied autour de la presqu'île de Sermione.

A pied autour de la presqu'île de Sermione.

Porto Vecchio à Desenzano.

Sur la route du retour, nous nous sommes arrêtés à Desenzano. Elle est la ville la plus peuplée du lac, mais nous n'avons pas eu la même sensation d'étouffement qu'à Sirmione. Les ruelles sont plus larges, les places plus imposantes. C'est très agréable d'y flâner en fin de journée, une fois le soleil au repos. Il y a un très joli petit port, Porto Vecchio, avec des terrasses idéales pour prendre un repas en famille ou entre amis. Il y a encore de très jolies boutiques dans les ruelles et des échoppes artisanales le long du lac. Valentine s'est achetée une jolie robe made in Italy. Desenzano est aussi un lieu de sortie nocturne avec quelques bars branchés. 

A l'issue de notre première journée complète, le lac de Garde laisse l'impression d'une véritable riviera : douceur de vivre et nature exceptionnelle. La riviera del Garda.

Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.
Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.
Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.
Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.
Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.

Desenzano, la cité la plus peuplée du lac de Garde.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article