Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Wolfgang est aussi un saint...

Sankt Wolfang.

Sankt Wolfang.

Saint-Wolfgang aujourd'hui. Rien à voir avec Amadeus Mozart. Wolfgang est un saint du Xème siècle qui selon la légende, pactisa même avec le diable pour ériger la première église autour du lac qui porte aujourd'hui son nom.

C'est aussi un joli village qui est un peu le Durbuy autrichien: il est mignon, plutôt ramassé et très fréquenté par les touristes. Les chalets fleuris rappellent l'influence des Alpes. Nous sommes au coeur de l'Autriche. En Haute-Autriche pour être plus précis mais toujours dans l'état de Salzbourg.

Nous avons pris près d'une heure pour gagner Saint-Wolfgang depuis Oberndorf en passant par Salzbourg. Les parkings sont payants aux abords du village.  Les premiers à l'ombre des arbres sont tentants, mais ils sont plus chers que celui du centre (4 euros la journée). C'est toujours la variété des couleurs qui me surprend : les eaux turquoises qui tranchent avec les façades vertes pistache, rouges ocre ou encore jaunestournesol. J'avais une idée austère de l'Autriche. Je me suis trompé. 

Les restaurants et les hôtels ne manquent pas. Beaucoup font même office de centre thermal et/ou de soins. Le plus célèbre est l'Auberge du Cheval Blanc qui a donné son nom à une opérette, paraît-il, très connue. Nous avons mangé au Kaffeewerkstatt, une auberge qui est aussi un magasin de spécialités régionales. Très abordable : 64 euros pour quatre personnes (sans le pourboire au serveur). Par contre le tarif pour emprunter le train à crémaillère jusqu'au sommet de la montagne Schafberg l'est nettement moins : 35 euros par personne pour environ trois quarts d'heure de montée. Mais le panorama vaut l'investissement : il est tout simplement exceptionnel. Par temps clair, on peut voir tous les lacs du Salzkammergut. Maxime et moi avons eu de la chance. Il y avait bien quelques nuages à l'horizon, mais le Mondsee, l'Attersee et le Wolfgangsee étaient bien visibles depuis le sommet qui culmine à 1783 m. J'ai regretté que Marie-Christine et Valentine soient restées au bord du lac où elles ont fait du bateau. Mila était interdite de train à crémaillère sans muselière. 

L'Auberge du Cheval Blanc.

 

Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.
Depuis le Schafberg.

Depuis le Schafberg.

Dans le Schafbergbahn rouge, Maxime a retrouvé l'enthousiasme de son enfance, lui qui était absolument fou de trains avant de céder à la passion des étoiles. Dans le wagon, je m'amusais encore des selfies que prenait une touriste japonaise avec son bâton (stick) qu'elle tendait dehors. Je lui préférais le couple d'amoureux tchèques qui n'arrêtait pas de se bécoter. Après une deuxième traversée de Saint-Wolfgang, nous nous sommes mis à la recherche d'un endroit sympa où nous baigner. Déception: toutes les criques sympas sont "private" ou alors payantes.

Strobl.

Nous avons fini par trouver une plage accessible à Strobl, la ville voisine. Max, Valentine et Marie-Christine ont eu le temps de se rafraîchir avant que la pluie ne fasse son apparition tandis que je suis allé à pied à la découverte du centre. Nous avons aussi pointé le nez au ciel : plusieurs avions se sont livrés à des acrobaties au-dessus du lac. Une démonstration ou un salon aéronautique devait sans doute se tenir dans le coin. 

Le retour s'est déroulé sous une pluie battante. Le troisième orage depuis notre arrivée en Autriche. Prions Saint-Wolfgang pour que ce soit le dernier... 

 

A Sankt-Wolfgang.
A Sankt-Wolfgang.
A Sankt-Wolfgang.

A Sankt-Wolfgang.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article