Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Ne cherchez plus le canal du Midi à quatorze heures

Les écluses de Castelnaudary.

Les écluses de Castelnaudary.

Le pont près de Trèbes.

Après le tournis de la Montagne noire, place au tracé presque rectiligne du canal du Midi. C'est l'ouvrage d'art emblématique du Sud-Ouest de la France au même titre que le Golden Gate pour San Francisco ou la Tour penchée pour Pise. J'ai décidé de prendre le vélo pour découvrir ce monument mythique dont la construction remonte à la fin du XVIIe siècle sous l'impulsion de Louis XIV. Le canal royal du Languedoc a été rebaptisé canal du Midi à la révolution française. Je m'imagine déjà roulant à l'ombre des platanes avec mon reflet dans l'eau. Je me suis levé aux aurores, dès 6h, pour profiter de ce moment. 

Le canal, encore très sauvage.

 

J'ai emprunté le canal à Trèbes, là où je l'avais vu pour la première fois lors de notre arrivée dans l'Aude. Je pensais trouver un chemin de halage parfaitement goudronné ou bétonné comme le sont nos Ravel en Wallonie. Première erreur : il ne s'agit pas de chemins mais de sentiers ou au mieux de pistes cendrées. Il vaut mieux un vélo tout terrain qu'un vélo de course pour longer les berges. Mais pourquoi ne pas rendre le canal plus propice à la pratique du vélo? Tout simplement parce qu'on ne peut pas toucher aux berges depuis la reconnaissance  par l'Unesco en 1997 de la voie d'eau au patrimoine mondial de l'Humanité, m'expliquera plus tard un employé de l'Office du tourisme de Castelnaudary.

La petite touche internationale.

Le canal est pratiquement comme il était après sa construction il y a environ trois siècles, ce qui fait son charme. L'eau est verte. Elle provient des cours d'eau de la Montagne noire visitée hier. Le concepteur Pierre-Paul Riquet a imaginé un réservoir de 6,3 millions de mètres cubes qu'on peut découvrir à Saint-Ferréol. Un chantier titanesque qui dura 15 ans. Je ne peux m'empêcher de penser au canal Seine-Nord-Europe que l'on prévoit de creuser entre le bassin de la Seine et celui de l'Escaut pour relier par voie fluviale Paris à l'Europe du Nord, ce qui n'est pas sans conséquences pour ma ville, Tournai, obligée d'élargir le fleuve. 

Le canal à Castelnaudary.

Mon idée de départ était de gagner Castelnaudary, soit environ une cinquantaine de kilomètres le long du canal, mais j'y ai renoncé en raison du mauvais choix de vélo. J'avais bien trop peur de crever en chopant une pierre ou la racine apparente d'un arbre. A Carcassonne, il a fallu chercher un peu pour reprendre la piste cyclable interrompue à la hauteur de la gare SNCF (en face de laquelle on peut louer des vélos). J'ai croisé plus de bateliers que de cyclistes sur le trajet. Le bateau est le moyen de communication idéal pour partir à la découverte des 240 km de voie d'eau entre Sète et Toulouse, de la Méditerranée à l'Atlantique. Il faut patienter aux innombrables petites écluses dont le charme est un défi à la modernité. A ne pas manquer : les écluses triples de Trèbes et le pont-canal du Fresquel qui voit toute une rivière passer sous le canal. 

Le passage de Fresquel.

J'ai quitté le canal à la hauteur de Montréal pour reprendre la route goudronnée vers Carcassonne. 80 km au compteur. Je suis revenu avec l'idée d'aller l'après-midi jusqu'à Castelnaudary, où le canal devient carrément un bassin, pour faire profiter Marie-Christine et les enfants du plaisir que j'ai éprouvé au cours de ma balade cycliste matinale. Une heure de voiture à peine entre Laure-Minervois et Castelnaudary. La cité vaut par son port fluvial et le système à trois écluses qui est impressionnant à voir fonctionner. Les bateliers de plaisance doivent être à la fois patients et solidaires. Nous avons fait le tour du bassin sous un ciel qui était hélas passé du bleu éclatant à un gris voilé, ce qui est dommage pour les photos. Un conseil: procurez-vous le plan-guide gratuit du canal du Midi, plein de bonnes adresses, ce que nous avons fait à l'Office du tourisme. Castelnaudary vaut pour son bassin, moins pour son centre-ville. C'est aussi la capitale du cassoulet, mais nous avons renoncé à le déguster en raison de la chaleur.

Le bassin de Castelnaudary.

Nous avons terminé la journée dans un restaurant bucolique aménagé dans une ancienne écluse à Bram. "L'île au oiseaux" est tenu par une Irlandaise très sympa qui propose essentiellement des plats à base de poissons. Les moules sont plus petites que nos moules de Zélande, mais elles se laissent déguster. Le lieu est pittoresque. Il donne un bel aperçu du charme bucolique du canal du Midi qui m'a séduit, même s'il ne correspond pas tout à fait à l'idée que je m'en étais faite pendant l'enfance. Le canal du Midi est un pied de nez au temps qui file, mais il exige qu'on en prenne grand soin; ses platanes sont, par exemple, menacées par la maladie du chancre coloré, un champignon très contagieux.

Le défi du XXe siècle ne sera pas religieux, comme l'ont dit certains philosophes, mais environnemental, selon moi. J'y crois encore plus intensément depuis mes escapades en Europe et en Amérique du Nord. Trêve de philosophie. Quoique. Demain, nous goûtons les sept vins que compte le domaine viticole où nous logeons. Bacchus peut aussi donner envie de philosopher...

Le restaurant l'île aux oiseaux.
 

 

Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.
Le grand bassin de Castelnaudary.

Le grand bassin de Castelnaudary.

Autour de l'île aux oiseaux à Bram.
Autour de l'île aux oiseaux à Bram.
Autour de l'île aux oiseaux à Bram.
Autour de l'île aux oiseaux à Bram.
Autour de l'île aux oiseaux à Bram.

Autour de l'île aux oiseaux à Bram.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article