Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Chaud, chaud, la Drôme provençale... Mais beau, beau

Le château de Grignan.

Le château de Grignan.

Changement de décor. Après le Jura, la Drôme provençale pour notre deuxième semaine dans l'est de la France. Nous avons trouvé un gîte à Salles-Sous-Bois, un charmant petit village situé à environ 6 km de Grignan, une commune que j'ai eu le plaisir de visiter lors d'un voyage de presse en 2018 et qui m'a donné envie de revenir en famille dans la région. 

A Salles-sous-Bois devant un champ de lavande.

Je craque littéralement devant un champ de lavande. Et on en voit à perte de vue depuis notre gîte intitulée la Maison d'Hélène. Ce qui fait mon bonheur. Ce qui le fait moins, c'est la température, caniculaire à nouveau. Les chambres sont hélas situées sous les toits. Beau mais extrêmement chaud. Le gîte est très sympa : une vieille masure, qui, paraît-il, remonte à l'époque de Napoléon, avec plusieurs niveaux. Nous sommes allés au resto à Grignan pour notre première soirée provençale. Il y a nettement plus de touristes que dans le Jura. Les dames avaient revêtu leurs plus beaux atours pour assister, dans le cadre du festival de la correspondance, à une soirée de lecture qui se tenait dans l'enceinte du château connu pour les échanges épistolaires entre la Marquise de Sévigné et sa fille Françoise-Marguerite, qui avait épousé le comte de Grignan.

Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.
Dans les rues de Grignan.

Dans les rues de Grignan.

Je hais l'ennui plus que la mort.

Mme de Sévigné à Mme de Grignan, sa fille

Nous avons mangé au Grenier à Sel, un petit resto qui ne paie pas mine mais qui a un bon rapport qualité/prix, même si les serveurs sont un peu maladroits : l'un a renversé un Kir sur mon pantalon et l'autre, une carafe d'eau sur mon t-shirt... Rafraîchissant. Nous avons parcouru les ruelles de Grignan pour humer l'air de la Provence. Au retour, nous avons retrouvé facilement notre gîte en évitant cette fois de passer en voiture par les rues très étroites du centre du village comme nous l'avions fait à notre arrivée au grand étonnement de notre hôte. Il existe un contournement beaucoup moins compliqué et surtout moins risqué pour la carrosserie pour accéder au chemin des Charges au bout duquel se dresse la Maison d'Hélène, notre gîte. 

Notre gîte à Salles-Sous-Bois.Notre gîte à Salles-Sous-Bois.
Notre gîte à Salles-Sous-Bois.

Notre gîte à Salles-Sous-Bois.

La première nuit fut chaude. Au sens premier du terme. A retenir pour nos destinations futures: éviter les gîtes avec les chambres sous les combles. Nous avons dû improviser pour ne pas fondre: Valentine avec son matelas à la salle de bain, Maxime dans la salle à manger et Marie-Christine dans la cuisine. Je suis resté dans la chambre sous le toit, mais avec le ventilateur à fond la caisse. Tôt dans la matinée,  histoire de profiter de la fraîcheur du petit matin, je suis allé promener Mila dans les champs voisins. Des tracteurs étaient déjà à l'oeuvre pour récolter la lavande.
Nous avons attendu la fin de l'après-midi pour notre première balade provençale. Un orage a fort heureusement rafraîchi l'atmosphère. Sur foi de la brochure touristique intitulée "Pays de Grignan, enclave des Papes", nous avons visité deux villages perchés typiques de la région : Taulignan et Chamaret.

 

Balade à Taulignan.
Balade à Taulignan.
Balade à Taulignan.
Balade à Taulignan.

Balade à Taulignan.

Taulignan est un joli bourg dont on fait aisément le tour à pied en parcourant la rue des Fontaines. Il s'articule autour de l'église Saint-Vincent qui domine la petite cité et ses anciennes fortifications qui remontent au XIIIème siècle. A l'écart du village, trône un temple protestant en forme de rotonde. Les habitants protègent l'entrée de leur habitation avec une planche amovible pour éviter que l'eau ne pénètre chez eux en cas d'inondation. J'ai d'ailleurs observé le ciel orageux avec un peu d'inquiétude avant de quitter les lieux. 
Chamaret vaut largement le détour avec sa tour médiévale qui offre une vue imprenable sur la Drôme et le Mont Ventoux. Les vestiges de l'ancienne forteresse sont dotées d'une horloge, dont on peut découvrir le mécanisme en grimpant les 33 mètres qui séparent l'oppidum du sommet de la tour. Il y avait un vent à décoiffer Mila lors de notre visite, mais ce fut une véritable respiration. Très gentiment, un historien local nous a expliqué, maquette à l'appui, l'histoire de la forteresse qui a été érigée par deux seigneurs qui étaient frères. La visite vaut bien ses 2,5 euros autant pour le panorama que pour la cloche qui rythme la vie du village. 

 

La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.
La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.

La tour de Chamaret vaut aussi par le panorama qu'il offre sur la région.

A l'intérieur de la tour de Chamaret, le mécanisme qui fait sonner la cloche.

Nous sommes repassés par Grignan avant notre retour au gîte pour découvrir l'église Saint-Sauveur que je n'avais pas vue lors de mon voyage de presse en 2018. Je ne me lasse pas des ruelles de ce village millénaire. Une petite fête avec de la musique folk animait la place des Arts, où nous avons dégusté des crêpes en écoutant le petit orchestre dans lequel jouait un Irlandais. Certes cela ne faisait pas très provençal, mais nous avons apprécié le moment.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article