Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Le lac de Chalain, tout naturellement émeraude

Le lac de Chalain, tout naturellement émeraude

Le lac de Vouglans dont nous avons profité de la fraîcheur lors de notre arrivée caniculaire dans le Jura est la troisième plus grande retenue d'eau de France. Il est artificiel. Le lac de Chalain est lui le plus grand lac naturel du Jura. C'est là que nous avons décidé de randonner aujourd'hui. La boucle du lac fait environ 12 km. Départ à Marigny, situé à 60 km de notre gîte. C'est le seul inconvénient de loger à Saint-Amour. L'hébergement est fantastique, très agréable et surtout équipé de la clim, mais comme il est situé aux portes du  Jura, il faut faire quelques kilomètres en voiture pour découvrir les incontournables de la région.

Le tilleul de Marigny plusieurs fois centenaire.

Marigny se distingue par son tilleul de la place. Il a été planté... en 1651 pour célébrer la paix après la guerre de 30 ans. Il est toujours debout. Majestueux. On a eu quelques difficultés pour trouver le balisage de la promenade (un trait jaune, puis un point bleu une fois qu'on est autour du lac). Il faisait très chaud, mais comme la forêt est très présente le long du parcours, nous avons pu profiter de la fraîcheur des arbres les trois quarts du temps. Nous avons pique-niqué aux abords d'une ancienne laverie désaffectée. Un rapace guettait ses proies, dérangées par le travail de deux tracteurs qui fauchaient l'herbe. L'odeur de la prairie fraîchement coupée me rappela à nouveau la ferme de mes grands-parents. Le Jura est une région très rurale où le vert est la couleur première des paysages.
Les lacs sont verts aussi. Un vert émeraude du plus bel effet. Le lac de Chalain incite à la baignade. Mila était impatiente d'y faire trempette. Elle a quitté plusieurs fois le sentier balisé pour s'aventurer sur les bords rocheux avec le risque de faire une chute. Les longs emplacements pierreux étaient occupés par quelques naturistes qui profitent de la discrétion offerte par les arbres qui les séparent du sentier. Le domaine Chalain est un joli terrain de camping. J'estime avoir passé l'âge de dormir sous tente, mais l'endroit est tellement beau que je passerais bien au-dessus de mes réticences. Nous l'avons traversé en longeant la plage hélas interdite aux chiens. 

Autour du lac de Chalain
Autour du lac de Chalain
Autour du lac de Chalain
Autour du lac de Chalain
Autour du lac de Chalain

Autour du lac de Chalain

La dernière partie de la promenade était ardue car elle se termine le long d'une route dépourvue d'espace arboré. Nous avons repris des forces à la plage de Doucier en dégustant une glace. Les espaces aquatiques sont franchement bien tenus : propres et spacieux. Le lac est aussi doté d'un site archéologique datant du néolithique (4.000 avant J-C) mais qui est interdite au public en raison des fouilles qui sont toujours en cours. Les archéologues ont mis au jour ce qui semble être une cité lacustre.

Des plages bien tenues.


Nous avons repris la voiture pour revenir au domaine de Chalain où légèrement à l'écart de la plage officielle, nous nous sommes baignés avec Mila toujours heureuse de rechercher des bâtons dans l'eau. Le snack du camping est excellent. Nous avons profité d'un bon fish and chips avant de reprendre la route vers Saint-Amour le long de laquelle hélas j'ai été flashé, plus précisément dans l'agglomération de Lons-Le-Saunier. Une amende m'attend au retour à Blandain. Mais bon, cela n'a pas trop gâché cette belle journée de randonnée.

Coucher de soleil sur le lac de Chalain.

 

Bien s'hydrater, ici à Saint-Julien.

Nouvelle balade ce vendredi matin mais à vélo et seul cette fois. J'ai fait une boucle de 50 km dans la Petite Montagne en passant par les villages de Gigny-sur-Suran, de Saint-Julien, de Bourcia et de Saint-Amour. Les cols étaient à ma portée, mais le soleil tapait dur. J'ai pris soin de m'arrêter auprès de la fontaine de chaque cité traversée pour me rafraîchir la tête (ne pas boire car l'eau n'est pas "surveillée"). 20 km à l'heure de moyenne à peine, mais il valait mieux ne pas forcer. En fin d'après-midi, nous avons fait une nouvelle balade à pied de 3 km autour de notre gîte. Ce n'est plus la canicule, mais le thermomètre flirte allègrement avec les 33 degrés. La forêt protège des chaleurs extrêmes, fort heureusement, mais nous nous ne sommes pas attardés. Il faut garder des forces pour notre deuxième semaine qui se déroule en Drôme Provençale à un peu plus de 300 km de Saint-Amour.

Depuis une des collines de Saint-Amour.


Le Jura vaut plus d'une semaine de vacances pour en découvrir toutes les richesses. Nous aurions voulu aller à Dole, la cité de Pasteur, à Saint-Claude, la capitale du Haut Jura, ou encore à Salins-les-Bains, mais le temps nous a manqué. Un petit conseil: pour loger, il vaut sans doute mieux chercher un logement du côté de Château-Chalon, plus au centre du Jura, pour mieux rayonner ensuite dans toute la région, même si notre gîte était vraiment très cosy et agréable. 
En route demain pour la région de Grignan où le thermomètre affiche au moins trois degrés de plus qu'à Saint-Amour. Cela risque d'être chaud.

Marie-Christine lors d'une balade autour de Saint-Amour.

Marie-Christine lors d'une balade autour de Saint-Amour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article