Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Le Vieux-Montréal entre nuit blanche et ciel bleu

Avec Timothy à la Nuit Blanche de Montréal.

Avec Timothy à la Nuit Blanche de Montréal.

Dans mon post précédent, j'avais fait remarquer que Montréal comptait beaucoup de rues avec des noms de saint. Samedi soir, nous avons découvert Saint... Houblon, un café-brasserie branché de la rue Saint-Denis. Il affiche une carte d'au moins vingt "lignes" de bières qu'il brasse lui-même.  Saint-Houblon compte en fait trois micro-brasseries dans la métropole. Il a fallu patienter une demi-heure avant de pouvoir s'attabler, car c'était "la Nuit Blanche", une grande fête montréalaise avec des spectacles de rue, des jeux son et lumières, des musées ouverts toute  la nuit, etc. Nous avons patienté en compagnie de Timothy, notre neveu américain (et filleul de Marie-Christine), qui étudie la technologie de la musique à Montréal. Le personnel du Saint-Houblon fait patienter les clients de manière agréable en leur offrant un petit verre de bière en guise de dégustation. Les serveurs ont pour la plupart des têtes de bûcheron: barbe fournie, tatouages sur les bras et chemise à carreaux. Mais toujours le sourire ou un mot agréable.

Avec Sylvie et Daphné autour d'une Blonde.

Sylvie et sa fille Daphné sont venus nous rejoindre à notre table pour déguster une "blonde", la bière la plus classique de l'établissement avec un goût légèrement épicé. Elles terminent leur semaine de visite avant de reprendre l'avion pour Paris, puis la route vers Tournai. Sylvie et Daphné ont parcouru "la Nuit Blanche". Nous, nous nous sommes seulement attardés à un spectacle de... plongeon après avoir donné rendez-vous à Timothy dans la station de métro de la place des Arts. Il faisait trop froid pour tout découvrir, mais nous avons goûté à l'ambiance. Les Montréalais sont un peu déjantés. Plonger dans un bassin extérieur par moins 11 degrés... Il faut vraiment être chaud boulette.

Un plongeon dans une cuve géante.

En gagnant le Saint-Houblon,  nous avons retrouvé l'hôtel "Quartier latin" de la rue Saint-Denis, où nous avions logé lors de notre premier séjour à Montréal. Je me demande si  le gars qui servait le petit déjeuner en balançant les croissants à la tête des clients et en poussant des borborygmes y sévit encore. Un sacré souvenir. 

Nous avons repris le métro vers 23h, heure locale (5h du mat', heure belge). Il y a un nombre incroyable de SDF et de drogués dans les stations à proximité des centres culturels et historiques. Montréal n'échappe à la misère hélas, même si elle se veut résolument avant-gardiste. Une vraie nuit blanche pour notre deuxième journée d'escapade québécoise.

Promenade dans la Nuit Blanche.
Promenade dans la Nuit Blanche.
Promenade dans la Nuit Blanche.
Promenade dans la Nuit Blanche.
Promenade dans la Nuit Blanche.
Promenade dans la Nuit Blanche.

Promenade dans la Nuit Blanche.

Après notre nuit blanche, au sens propre comme au sens figuré, nous avons passé une matinée calme dans notre Airbnb du boulevard Saint-Laurent. Le ciel est bleu azur. Le soleil a fait remonter le thermomètre: moins 8 degrés. Un léger mieux. Nous avons choisi de visiter le Vieux-Montréal l'après-midi. Ou plutôt revisiter, car nous avions déjà flâné dans le quartier lors de notre première escapade au Québec. Sous la neige, le décor est différent. Et la promenade dans le Vieux-Port le long du quai qui mène à la Tour de l'horloge avait un charme fou. Le Saint-Laurent se libère doucement de la glace. Les Québecois sont de véritables amoureux de la langue française. La patinoire extérieure du Vieux-Port s'animait sous les mélodies des plus grands de la chanson francophone: Piaf, Montand, Trénet...
 

L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.
L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.
L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.
L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.
L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.
L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.

L'hôtel de ville et les premières vues à la sortie du métro.

Dans le Vieux-Montréal, nous sommes entrés dans deux bâtiments que nous n'avions pas visités lors de notre premier séjour : la chapelle Notre-Dame de Bonsecours et le marché Bonsecours. Un nom qui me ramène à mes origines péruwelziennes, mais le Bonsecours de Montréal ne semble rien à voir avec la basilique de ma cité d'origine.

La chapelle est dotée d'un musée qui porte le nom de Marguerite Bourgeoys, une religieuse qui au 17ème siècle, s'occupa de l'accueil des colons, et qui fonda la congrégation Notre-Dame. La chapelle est dite aussi "des marins" en raison des maquettes de bateau suspendues sous la voûte. C'est un très joli site religieux qui fut reconstruit plusieurs fois et qui repose sur un campement amérindien vieux de plus de 2000 ans. Nous ne sommes pas montés jusqu'au sommet de la chapelle qui, paraît-il, offre une vue imprenable sur Montréal.

La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.
La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.
La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.
La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.
La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.

La chapelle Bonsecours et ses bateaux offerts en ex-voto par les marins.

Le marché Bonsecours.

Le marché Bonsecours est, lui, l'ancien hôtel de ville de Montréal au style néoclassique. Il est aujourd'hui un espace commercial avec de très belles boutiques de souvenirs, plutôt chics par ailleurs. Idéal pour les cadeaux. Nous avons ensuite flâné, sans véritable but, dans le Vieux-Montréal en redécouvrant avec plaisir la place Jacques Cartier et son resto... Valentine spécialiste de la poutine.

La poutine Valentine.

Notre Valentine (restée à notre appartement pour terminer un travail) y avait fait une photo lors de notre premier passage. Marie-Christine s'est prêtée à une nouvelle pose. La place Jacques Cartier est plus animée l'été. La rue Saint-Paul est l'artère principale avec quelques vénérables maisons du Régime français. Nous avons pourtant choisi un pub au nom bien anglo-saxon, le Wolf &| Workman, pour nous restaurer. Ce fut l'occasion de goûter au fameux bagel  Saint-Viateur dont Timothy nous a tant vanté les mérites. Il s'agit d'un pain en forme d'anneau. Une espèce de donuts mais salé. Il était excellent accompagné de mousse de truite. Je l'ai arrosé d'une Wolf White, une bière blanche accompagnée d'une tranche d'orange. Détail amusant: la carte mentionne le nombre de kilomètres qui séparent les brasseries de ce pub situé à la rue Cotentin. Ma Wolf White affichait 11,21 km au compteur. Une bonne adresse, mais pas donnée (52,43 dollars pour deux plats, hors pourboire).

Au pub Wolf & Workman.Au pub Wolf & Workman.
Au pub Wolf & Workman.Au pub Wolf & Workman.

Au pub Wolf & Workman.

Nous sommes ensuite remontés vers la place d'Armes où trône la cathédrale Notre-Dame, mais nous avons renoncé à la visiter car nous l'avions déjà fait il y a huit ans (10 dollars l'entrée). Elle vaut la peine cependant. Nous avons préféré continuer à profiter des derniers rayons du soleil en remontant la rue Saint-Jacques pour gagner ensuite la place Jean-Paul Riopelle où le Palais des Congrès affiche ses beaux damiers colorés. C'est le cœur commercial de la cité. Mais en entrant dans le Palais des Congrès, j'ai encore été frappé par le nombre de SDF qui profitent de la chaleur des lieux. Cela grouille de vie, d'artistes en tout genre, de salons et d'événements culturels, mais cela respire aussi la misère sociale. 

De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.
De la place d'Armes au Palais des Congrès.

De la place d'Armes au Palais des Congrès.

Nous avons terminé notre balade dominicale en longeant le quartier chinois pour rejoindre via le boulevard René Levesque la rue Saint-Denis et la rue Sainte-Catherine, deux des endroits les plus animés de Montréal. La rue Sainte-Catherine est l'artère principale du quartier gay qui était en fête lorsque nous sommes venus pour la première fois au Québec en 2012. Il paraît un peu plus tristounet sous son manteau hivernal, mais les fresques et les drapeaux arc-en-ciel apportent leur touche de couleur. 

Dans le métro montréalais.

Nous avons repris le métro au bout de la rue Sainte-Catherine. Le réseau est très facile à utiliser, chaque ligne ayant sa propre couleur. C'est le moyen idéal pour découvrir Montréal en hiver. Comme guide, outre la brochure officielle de la ville, je conseille vivement le Cartoville (édition guides Gallimard) dont les cartes dépliantes permettent de se repérer facilement. Nous retrouverons la cité montréalaise samedi prochain, car demain, direction Tadoussac, 500 km plus au nord, le long du Saint-Laurent. On quitte le boulevard pour le fleuve....

Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.
Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.
Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.
Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.
Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.
Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.

Vers et le long de la rue Sainte-Catherine.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article