Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Sur la route des baleines entre Tadoussac et Les Escoumins

Valentine et Marie-Christine sur la plage de Tadoussac.

Valentine et Marie-Christine sur la plage de Tadoussac.

Avouons-le tout de suite: nous n'avons pas vu de baleines. Ce n'est pas la saison hélas. L'été, c'est la principale attraction touristique. L'hiver, nous a-t-on dit, on peut croiser des bélugas, les petites baleines blanches, mais malgré nos efforts, nous n'en avons pas (encore) vus. La pêche aux paysages a par contre été bonne, extraordinaire même. Un beau ciel bleu nous a accueillis au saut du lit, mais le temps du petit déjeuner, le gris a repris le dessus.  La météo évolue aussi vite qu'une motoneige.

Je me suis aventuré à pied dans le village des Grandes Bergeronnes dans la rue Principale où j'ai croisé un... cycliste. L'église est à l'intersection de la rue de la Mer. Chaque plaque de rue est dotée d'une queue de baleine, histoire de rappeler que c'est ici le pays des cétacés. Notre hôte Daniel est aux petits soins. Le petit déjeuner fut un régal. Je conseille vraiment les appartements de la Bergeronnette qui sont chaleureux et pratiques.

Notre logement et l'église des Grandes Bergeronnes.
Notre logement et l'église des Grandes Bergeronnes.
Notre logement et l'église des Grandes Bergeronnes.
Notre logement et l'église des Grandes Bergeronnes.

Notre logement et l'église des Grandes Bergeronnes.

L'excursion du jour nous a menés à Tadoussac, la cité principale dans la région. C'était amusant de se promener sur la plage entre les blocs de glace. Nous avons été au bout de la jetée. C'est un plaisir de contempler la baie puis de se retourner pour admirer les maisons aux couleurs vives qui tranchent sur la neige. Valentine rêve de séjourner à l'hôtel Tadoussac dont le long toit rouge saute immédiatement aux yeux. Une autre fois peut-être. Nous avons poussé la porte de la microbrasserie qui toise la baie.  Je l'ai déjà écrit : le Canada est aussi un pays de la bière. Dans l'établissement de Tadoussac, on peut même voir le brasseur à l'oeuvre derrière une vitre.

La microbrasserie de Tadoussac.

La carte est riche. 18 bières aux noms amusants : la Borée, la Fond de cale, la Paruline, le Balbusard, la Petite chapelle, etc. J'ai choisi la Triplette présentée comme une Triple... belge. Valentine et Marie-Christine ont goûté la Borée et la Ponton.

La Triplette belge.

La Triplette n'était pas mauvaise du tout, mais elle ne ressemble en rien à une bière belge. La Québécoise est beaucoup plus plate, plus houblonnée, mais non dénuée de saveur. Les serveurs sont de très bon conseil. Une adresse à conseiller tant pour le point de vue sur la baie que pour la carte.
 

La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.
La baie de Tadoussac.

La baie de Tadoussac.

La Côte-Nord compte beaucoup de centres d'interprétations marines et de musées consacrés essentiellement à la baleine. Celui de Tadoussac était fermé. Sur internet, nous avions vu que celui de Cap-de-Bon-Désir, près des Grandes Bergeronnes, était ouvert. Erreur. Erreur que nous avons constatée au bout d'un kilomètre et demi à pied dans la neige, le chemin du Cap-de-Bon-Désir étant fermé à la circulation automobile. La promenade nous a fait perdre un peu des calories que nous avons prises avec la fondue de la microbrasserie. On a au moins vu le phare du Cap-de-Bon-Désir (quel joli nom, typiquement québécois). Nous aurions voulu gagner le bord de l'eau pour tenter d'apercevoir des bélugas, mais on s'enfonçait beaucoup trop dans la neige après le centre d'interprétation. Il valait mieux prévoir des raquettes pour s''aventurer plus loin.

Sur le chemin du Cap-de-Bon-Désir.
Sur le chemin du Cap-de-Bon-Désir.

Sur le chemin du Cap-de-Bon-Désir.

Frustrés de ne pas voir de bélugas, en voie de disparition hélas, nous avons repris la route des Baleines jusqu'aux Escoumins, mais sans plus de succès. Mais nous avons profité d'une vue splendide le long de la promenade de la Baie. Le Saint-Laurent était parsemé de rochers, dorés par le soleil couchant. Les Escoumins sont réputés pour la pêche aux saumons. Un très joli village relais. Nous avons encore roulé quelques kilomètres jusqu'à Forestville, mais il était trop tard pour profiter des paysages. Puis la brume, tenace, a fait son apparition. La vitesse est limitée à 90 km/h mais les camions la dépassent allègrement. Je me suis cru un moment propulsé dans le film Duel de Spielberg lorsqu'un gros truck nous a talonnés pendant quelques kilomètres. J'avais un souvenir plus agréable de la sécurité sur la route lors de notre premier voyage en Amérique du Nord. 

 

Balade aux Escoumins, village-relais.
Balade aux Escoumins, village-relais.
Balade aux Escoumins, village-relais.
Balade aux Escoumins, village-relais.
Balade aux Escoumins, village-relais.
Balade aux Escoumins, village-relais.

Balade aux Escoumins, village-relais.

Après quelques courses dans un Intermarché local, où nous avons acheté du pain... belge qui ne ressemble en rien à du pain belge, comme la Triple belge décrite plus haut, nous avons retrouvé la chaleur de notre appartement pour notre dernière nuit aux Grandes Bergeronnes. Nous rêverons des bélugas...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article