Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Au cœur de la Forêt noire, dans la cité de la joie

Au cœur de la Forêt noire, dans la cité de la joie

Nous avons été réveillés par une sonate de Bach. Et de la fenêtre de notre gîte, j'avais le sentiment d'être dans un décor de trains miniatures Märklin en regardant passer le convoi ferroviaire qui traversait la vallée entre Baiersbronn et Freudenstadt. Notre hébergement est à un jet de pierre de la chapelle évangélique Michael à Friedrichstal. Ce dimanche s'y déroulait une messe en plein air entrecoupée de morceaux de musique religieuse. On ne pouvait rêver de matinée plus germanique. 

Michaelskirche.

Michaelskirche.

Nous sommes au coeur de la Forêt noire pour notre deuxième semaine de vacances. Excepté mon service militaire à Altenrath, la seule période de ma vie où j'ai décompté les jours en les cochant sur un calendrier accroché au mur, je n'ai que des bons souvenirs en Allemagne où je compte d'excellents amis, la plupart rencontrés lors de mon stage Erasmus à Aix-en-Provence. J'ai toujours été très bien accueilli dans des endroits superbes comme Munich, Fribourg, Bonn, Cologne ou Tuttlingen. Et rien ne m'énerve plus que d'entendre des Belges ou des Français ramener constamment l'Allemagne à son passé nazi. Même si tout n'y est pas parfait, comme chez tous ses confrères européens, on a beaucoup à apprendre de ce pays en matière écologique, socio-économique et culturelle. Je m'y suis toujours senti bien. Et c'est encore le cas depuis que nous avons franchi le Rhin après notre séjour dans les Vosges. 
 

Sur le sentier qui mène à Freudenstadt.
Sur le sentier qui mène à Freudenstadt.
Sur le sentier qui mène à Freudenstadt.
Sur le sentier qui mène à Freudenstadt.

Sur le sentier qui mène à Freudenstadt.

Pour notre première journée, nous avons choisi de nous rendre à pied à Freudenstadt, une station de cure climatique qui se trouve à 5 km de notre hébergement. Nous avons traversé une très belle forêt pour y parvenir en suivant les panneaux au losange jaune. La signalétique est encore meilleure que dans les Vosges avec des indications particulières pour les promeneurs et les cyclistes. Notre gîte s'appelle "Hike and Bike" parce qu'il est le départ de nombreuses excursions cyclistes et pédestres.

Mila sur le pont de singe.

Pas de difficulté majeure si ce n'est un petit pont de singe que notre Border collie a traversé avec prudence. Les vallées de Christophstal et de Friedrichstal que nous découvrons sont d'un beau vert profond avec en point de mire les deux tours de l'église de Freudenstadt qui les surplombent. La dernière ligne droite vers la ville se fait le long de bassins à poissons où nous avons surpris un héron qui attendait son heure pour dîner. 
 

La place du Marché, la plus grande d'Allemagne.
La place du Marché, la plus grande d'Allemagne.
La place du Marché, la plus grande d'Allemagne.
La place du Marché, la plus grande d'Allemagne.

La place du Marché, la plus grande d'Allemagne.

Nous avons croisé énormément de cyclistes en VTT électrique, le plus souvent le dernier modèle. C'est sans doute la façon la plus agréable de découvrir cette région très vallonnée. Freudenstadt - littéralement la ville de la joie - est très jolie, mais elle vaut surtout pour sa place du Marché, la plus grande d'Allemagne avec ses 47.836 m² (219 x 216 mètres). Celle-ci est bordée de très belles arcades sous lesquelles il est agréable de s'abriter du soleil, plutôt dur aujourd'hui, tout en flânant devant les boutiques. Le duc Frédéric 1er de Wurtemberg à qui la ville doit sa fondation a demandé un plan Renaissance à l'architecte Heinrich Schickhardt qui se serait même inspiré du jeu de marelle pour la répartition des quartiers. La cité compte plus de 50 fontaines,   comme celle dite "des barbeaux" ou celle plus moderne de la Forêt noire. Les Allemands ont le chic pour jouer avec l'or bleu. J'ai un très beau souvenir du filet d'eau qui traverse Freiburg plus au Sud, une ville où, étudiant, je me rendais souvent pour rencontrer mes amies allemandes. 
 

La fontaine des Barbeaux et la fontaine Forêt noire.
La fontaine des Barbeaux et la fontaine Forêt noire.

La fontaine des Barbeaux et la fontaine Forêt noire.

Nous avons mangé à la terrasse du café Fontaine-Müller doté aussi d'une boulangerie sur la Markplatz. Trois excellentes salades, copieusement garnies, à un prix démocratique: 9 euros le plat. Et arrosées d'une bière blonde, Alpirsbacher, très rafraîchissante. On peut y embrasser du regard toute la place qui est disposée sur trois niveaux avec des espaces fleuris et une fontaine à même le sol mais qui ne fonctionnait pas lors de notre passage.

Les couleurs orangées de l'hôtel de ville tranchent sur le ciel bleu. L'Office du tourisme est fermé le dimanche, mais nous avions pu nous procurer toute la documentation nécessaire à la Maison de la Forêt noire lors de notre trajet aller. Un dépliant propose un tour de la ville à pied en une ou deux heures selon les quartiers parcourus. Les alentours sont agréables, mais s'il n'y a qu'un lieu à retenir, c'est bien cette place du Marché. La ville est une cité reconstruite, car elle a été quasiment détruite en avril 1945 lors des combats contre les forces alliées. 
 

Encore de beaux panoramas sur Freudenstadt lors du retour.
Encore de beaux panoramas sur Freudenstadt lors du retour.
Encore de beaux panoramas sur Freudenstadt lors du retour.

Encore de beaux panoramas sur Freudenstadt lors du retour.

Tu ne connais réellement que les endroits où tes pas t'ont mené

Johann Wolfgang von Goethe

Nous avons repris notre marche retour via un autre parcours, depuis l'autre rive de la petite rivière Forbach au départ de Christophstal (losange bleu). On passe devant la très belle maison Bärenschlösse avant de grimper vers la forêt de sapins. Juste à l'orée des bois, le promeneur peut encore profiter d'un joli panorama sur Freudenstadt. De nombreux bancs, dont de très originaux, jalonnent les sentiers. Marie-Christine s'est régalée de myrtilles tout au long du chemin. Il fallait en effet prendre des forces pour avaler les derniers kilomètres. Nous en avons parcouru 19 au total pour cette première journée en forêt noire. Nous penserons à cette très jolie phrase du poète allemand Goethe avant de retrouver les bras de Morphée : "Tu ne connais réellement que les endroits où tes pas t'ont mené"...

De nombreux bancs panoramiques sur les sentiers.
De nombreux bancs panoramiques sur les sentiers.
De nombreux bancs panoramiques sur les sentiers.
De nombreux bancs panoramiques sur les sentiers.

De nombreux bancs panoramiques sur les sentiers.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article