Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les carnets d'évasion d'un journaliste du terroir

Les voyages et les excursions seul ou en famille de Daniel Foucart : pour donner quelques idées, bons plans et astuces.

Balade-balade à Baden-Baden

Un pont romantique le long de "la Lichtentaler allee".

Un pont romantique le long de "la Lichtentaler allee".

Premier jour de pluie depuis notre arrivée en Forêt noire. Peut-être parce que nous avons décidé de nous rendre aujourd'hui à Baden-Baden, qui pourrait se traduire par Bains-les-Bains en français? Il s'agit d'une ville thermale qu'ont fréquentée des gens célèbres comme l'écrivain russe Dostoïevski, le musicien Johannes Brahms ou encore le compositeur français Pierre Boulez. La famille impériale russe y séjourna régulièrement. Et c'est là que le général De Gaulle disparut toute une journée lors de la crise de 1968.

Pour se mettre dans l'ambiance de Baden-Baden

Les premières vues de Baden-Baden à la sortie du parking souterrain des Congrès.
Les premières vues de Baden-Baden à la sortie du parking souterrain des Congrès.
Les premières vues de Baden-Baden à la sortie du parking souterrain des Congrès.

Les premières vues de Baden-Baden à la sortie du parking souterrain des Congrès.

C'était le lieu à la mode au XIXème siècle. La cité n'a rien perdu de son caractère mondain. Il y a même un petit côté bling-bling avec les grosses cylindrées, les vieilles dames habillées à la mode qui promènent leur petit chien et les boutiques de luxe. On parle aussi de la Sophienstrasse comme "les Champs-Elysées  de Baden-Baden". Mais s'il y a bien un endroit qui n'a rien perdu de son élégance historique, c'est "la Lichtentaler allee", la longue allée dont l'existence remonte à 1655. Elle se caractérise par sa multitude de fleurs et d'arbres, une véritable ode à la sérénité. Chênes, châtaigniers, platanes, aulnes, crocus, narcisses, tulipes, rhododendrons, azalées... se succèdent le long de l'Oos, une petite rivière aménagée par paliers qui donne une touche impressionniste au paysage.  On s'attend à voir Sissi nous faire signe depuis  les ponts au charme romantique.

La roseraie.

Il faut s'arrêter au jardin des roses, la "Gönneranlage", pratiquement au bout du parc. Une autre invitation au voyage floral. Le long des 3 km de l'allée, vous découvrez également les hôtels de prestige et les villas élégantes qui abritent les plus grandes fortunes. La "Lichtentaler allee" est mon coup de coeur.
 

la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.
la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.

la Lichtentaler allee, mon coup de coeur.

N'oublions pas, dans la première partie du parc, le long de la Kaiserallee, la Trinkhalle, une galerie du XIXème siècle avec ses colonnes corinthiennes et ses 14 fresques qui représentent les légendes de la Forêt noire, dont les ondines du lac Mummel, que nous avons parcouru il y a deux jours. Ou encore la très chic Kurhaus qui abrite le casino de la ville. 

Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.
Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.
Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.
Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.
Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.
Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.

Le Kurhaus, la Trinkhall et ses fresques.

Après notre repas au Stahlbad, un restaurant dont la terrasse fait Belle Epoque, nous avons traversé le centre jusqu'aux thermes de Caracalla et aux bains romains Friedrichsbad. Nous n'y avons pas fait trempette. La pluie qui a redoublé l'après-midi nous suffisait. Mais le mauvais temps n'a rien enlevé au charme des ruelles. Nous avons poussé une pointe jusqu'au Festspielhaus qui possède la deuxième plus grande salle de concerts et d'opéras d'Europe, mais la façade n'a rien d'extraordinaire. Baden-Baden n'est pas seulement une ville d'eau, c'est aussi une ville d'arts avec de très beaux musées comme celui de Fabergé ou celui, plus moderne, de Frieder Burda. C'est une ville qui mérite un séjour plus long, mais il faut avoir, selon moi, le portefeuille bien garni, car Baden-Baden respire l'opulence. 

Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...
Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...

Le centre de Baden-Baden, les thermes, le Festspielhaus...

Nous avons terminé notre visite par un goûter au café Beek qui propose d'excellents pâtisseries dont une tarte aux fruits que je n'oublierai pas de sitôt.

Au café Beek.

Pour nous rendre à Baden-Baden, nous avons emprunté la très jolie route L79 depuis Forbach et pour revenir, nous avons pris la route 500 Schwarzwaldhochstrasse qui est un peu l'artère principale de la Forêt noire. Ce fut encore l'occasion de découvrir des jolis panoramas. Même les nuages n'ont pas gâché le spectacle.

Sur la route du retour, le long de la Schwarzwaldhochstrasse.
Sur la route du retour, le long de la Schwarzwaldhochstrasse.

Sur la route du retour, le long de la Schwarzwaldhochstrasse.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article